Participer

 

Vous habitez dans les Vosges, le Jura, la Corse, les Alpes, les Pyrénées ou le Massif Central ? Vous avez envie d’observer de façon utile la nature ? Phénoclim est fait pour vous ! Tout au long de l’année, vous pouvez participer gratuitement à la collecte de données (dates phénologiques, enneigements, températures…). Des fonds de vallées aux sommets des cimes, toutes les observations sont intéressantes pour permettre la comparaison.

 

Observation du noisetier un peu avant la floraison © CREA Mont-Blanc

Observation du noisetier un peu avant la floraison © CREA Mont-Blanc

 

La découverte sans prérequis

Les protocoles scientifiques Phénoclim sont adaptés aux amateurs. Ainsi, aucune compétence ou connaissance de base n’est requise. Pour permettre à chacun de profiter pleinement du programme, le CREA propose différents supports, comme des guides d’observation, un calendrier des évènements phénologiques ou des dossiers pédagogiques à télécharger dans la Boite à outils.

Autonomes mais accompagnés

Les chercheurs du CREA sont toujours disponibles pour aider les participants dans leurs observations. Directement ou par l’intermédiaire de relais d’éducation, ils peuvent également intervenir dans les écoles ou auprès des entreprises pour accompagner les volontaires dans la mise en place du projet ou pour travailler sur les observations et les résultats.

Sciences connectées

Pour faciliter le quotidien des bénévoles, le CREA met à leur disposition les fonctionnalités du site web Phénoclim et de l’application mobile associée. Ces outils permettent de transmettre les données récoltées en temps réel, pour des observations nomades et autonomes.

Découvrez l’application Phénoclim

Inscrivez-vous

 

 

Les protocoles

Stades de végétation

La végétation a été la première à faire l’objet de protocoles participatifs Phénoclim. Présents tout autour de nous, les arbres et autres plantes du programme sont faciles à observer à condition d’être attentif aux détails qui différencient les stades phénologiques importants.

Débourrement du mélèze © CREA Mont-Blanc

Débourrement du mélèze © CREA Mont-Blanc

 

Pour participer à l’observation de la flore, plusieurs étapes sont nécessaires :

Dans un premier temps, il faut choisir et décrire précisément une zone d’observation (votre jardin, une forêt proche de chez vous…) où se trouvent trois plantes ou arbres de trois espèces différentes, choisies parmi une liste de 10 espèces végétales étudiées dans le programme.

Après avoir marqué les plantes pour être sûr de les reconnaitre au fil des saisons, il suffit d’enregistrer sur le site Internet un certain nombre d’informations sur la zone (comme l’altitude, entre autres) et les espèces choisies.

Au printemps et à l’automne, rendez-vous sur votre zone d’observation une fois par semaine pour observer les évolutions et noter les dates où vous observez les stades importants décrits dans le protocole (débourrement, floraison, feuillaison…). De nombreux documents et photos vous aideront à les reconnaitre sans erreur.

Consulter le protocole complet

 

 

Dates de reproduction de la faune

En ce qui concerne la faune, le programme Phénoclim s’intéresse aux dates de reproduction de deux espèces animales : la grenouille rousse et la mésange noire.

La grenouille rousse

 

 

Grenouille rousse en route vers sa mare de reproduction © ADelestrade

Grenouille rousse en route vers sa mare de reproduction © ADelestrade

 

Particulièrement menacés par la disparition de leurs habitats et les pressions humaines, les amphibiens sont au cœur d’un enjeu majeur de conservation afin de prévenir leur extinction. Le CREA suit d’ores et déjà des mares accueillant des grenouilles rousses et référence les dates de ponte et les phases de croissance des têtards.

Les bénévoles Phénoclim sont invités à participer aux recherches en observant la ponte des grenouilles rousses dans des mares ou trous d’eau proches de chez eux. Chaque semaine à partir du mois de mars (ou plus tard en fonction de l’altitude), les observateurs volontaires doivent visiter leurs mares et renseigner le nombre de pontes observées.

 

Espèces protégées

De nombreux amphibiens bénéficient d’un statut de protection qui interdit notamment leur capture. Les observations effectuées dans le cadre de Phénoclim ne nécessitent aucune pêche d’œufs ou de têtards.

 

La mésange noire
Mésange noire à Vallorcine pendant la saison d'observation des dates de ponte face au changement climatique © CREA Mont-Blanc

Mésange noire aux aguets sur une branche d'épicéa © MBison

 

Le CREA étudie les mésanges installées dans la centaine de nichoirs mis à disposition des oiseaux à différentes altitudes (1300m – 1900m) dans la forêt de Vallorcine (74). Les chercheurs surveillent, pour chaque couvée, la date de ponte, le poids et le développement des poussins de mésange.

Dans le cadre de Phénoclim, le CREA propose aux bénévoles, particuliers ou collectivités qui bénéficient d’un large espace boisé, d’implanter une dizaine de nichoirs pour étudier les dates de ponte des mésanges noires à des altitudes variées.
Une fois par semaine entre mars et juin, les bénévoles doivent vérifier le nombre d’œufs dans les nids en respectant un certain nombre de précautions pour déterminer la date de ponte du premier œuf sans déranger les oiseaux.

Pour ce protocole spécifique, il est impératif de contacter le CREA Mont-Blanc en amont pour la mise en place du projet. Contacter le CREA Mont-Blanc contact@creamontblanc.org

Consulter les protocoles complets

 

 

Retours des oiseaux migrateurs

Tout comme les rythmes saisonniers des végétaux, ceux des animaux sont observés au cours du temps. Le suivi d’espèces des deux règnes est indispensable pour mieux appréhender les conséquences, à l'échelle de l'écosystème, d’éventuels décalages entre faune et flore sous l’effet du changement climatique.

Rougequeue noir © JJBoujot cc

Rougequeue noir © JJBoujot cc

 

À travers le programme Phénoclim, le CREA s’intéresse au retour des oiseaux migrateurs dans les Alpes. Pour participer à l’observation de ces oiseaux, plusieurs étapes sont nécessaires :

Avant toute chose, il s’agit de choisir les oiseaux qui fréquentent les alentours de chez soi parmi les cinq espèces communes étudiées. Les ornithologues avertis pourront choisir leurs espèces dans une liste élargie de onze oiseaux, plus difficiles à reconnaitre.

Au printemps, il faut surveiller le retour des tous premiers oiseaux de chaque espèce. L’ensemble des individus nicheurs n’arrivera que plusieurs semaines plus tard, il faut donc veiller à ne pas manquer les premiers arrivés.

Il suffit ensuite d’entrer, sur le portail Internet dédié, le nombre d’individus, le lieu et la date à laquelle ils ont été observés.

Consultez le protocole complet

 

La migration en bref

Beaucoup d’oiseaux changent de lieu en fonction des saisons : un lieu pour se reproduire et élever les jeunes au printemps et un autre au climat plus clément pour s’alimenter en hiver.

Certains oiseaux viennent du Nord et se réfugient sous nos latitudes pour l’hiver. D’autres, au contraire, se reproduisent dans les Alpes à la belle saison puis rejoignent des régions plus favorables entre la zone méditerranéenne et les zones tropicales où ils trouveront plus de nourriture pour l’hiver.