Les sciences participatives en montagne
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > [OISEAUX MIGRATEURS] Bilan de printemps 2015

[OISEAUX MIGRATEURS] Bilan de printemps 2015

Comme chaque année, certains bénévoles Phénoclim observent le retour de plusieurs espèces d'oiseaux migrateurs en montagne. Analysées pendant les mois qui suivent par les chercheurs du CREA, ces données permettent d'établir les relations qui existent entre le climat et les comportements migratoires.
[OISEAUX MIGRATEURS] Bilan de printemps 2015

Hirondelle de rochers - © Victor (flikr creative commons)

Ce printemps 2015, 24 bénévoles ont fait parvenir 121 données d’observation du retour des oiseaux migrateurs pendant près de trois mois. Sept départements alpins se sont mobilisés, en particulier les Hautes-Alpes, la Savoie et la Haute-Savoie. De nouveaux bénévoles ont également rejoint la communauté en Ardèche, dans les Vosges et dans les Bouches-du-Rhône.

Tableau des arrivées des oiseaux migrateurs 2015

L'espèce favorite de nos observateurs est le rougequeue noir, suivie par l'hirondelle des rochers et le coucou gris. Ces données vont permettre de définir si les oiseaux migrateurs ont été impactés par l’hiver et le printemps très doux mesuré cette année sous nos latitudes.

Exemple de l’hirondelle de rochers

L’hirondelle de rochers est une des espèces migratrice les plus suivies par les observateurs du programme Phénoclim. Depuis 2009, la date moyenne de retour de cet oiseau dans les Alpes est le 11 mars. Grâce aux données récoltées par les bénévoles depuis 7 ans, nous constatons un rapport direct entre le climat et les dates de migration des oiseaux.

Graphique de l'arrivée de l'hirondelle de rocher chaque année depuis 2009

Lors des printemps chauds comme en 2011, 2014 ou encore 2015, les oiseaux arrivent en moyenne plus tôt. Au contraire, lors des printemps plus froids comme en 2010 et 2013, les arrivées sont bien plus tardives. Certaines années, comme en 2010, nous observons un écart important entre les dates d’observation. On peut expliquer cela d’une part par la grande surface géographique prise en compte : il y a en effet de grandes différences de température en fonction de l’altitude. D’autre part, le nombre d’observateurs et d’observations reste encore faible. Seules les données des trois espèces les plus observées sont suffisamment abondantes pour en déduire des résultats fiables et dégager les premières tendances.

Un grand merci à tous les bénévoles pour leur implication !

Pour aller plus loin

Consulter les archives par année et par espèce sur le site du CREA
Participer au programme Phénoclim – Retour des oiseaux migrateurs

Photo : hirondelle de rocher, Ptyonoprogne rupestris, par Victor (Flikr creative commons)

 

 

 

 

 

Actions sur le document